Qui est Marie-Josée Hotte

Grande amoureuse, maman de 4 merveilleux enfants, passionnée x 1000, carriériste déterminée, accros aux voyages.  Voilà ce qui décrit, en quelques mots, Marie-Josée.

Courtier immobilier depuis plus de 17 ans, coach en ventes immobilières depuis  6 ans, dont 5 au service d’une des plus grande organisation de coaching en Amérique du Nord, elle a toujours su se démarquer par son dynamisme et se tailler une place de choix.

Je viens d’une famille heureuse, j’ai eu tout l’amour et le support voulu mais mon dieu que j’en ai fait voir à mes parents. On me fermait une porte je la défonçais 2 fois plutôt qu’une. On me disait non, c’est sûre que je le faisais, on me disait que je ne serais pas capable… ça c’était comme mettre de la Nitro dans mon réservoir d’énergie. Rien ni personne ne pouvait m’arrêter. Rien ni personne n’allait m’arrêter. Oh que ma mère fut une Sainte!

Est-ce que cela a toujours eu que du positif dans ma vie? Oh que non! J’en ai bavé à plusieurs reprises mais mes croyances ont toujours été : la force d’une personne se mesure à sa capacité de se relever de ses échecs – ET – l’important ce n’est pas le nombre de mauvaises décisions que tu prends mais de prendre juste une bonne décision de plus que de mauvaises. Alors avec des pensées comme ça, c’est clair que la peur ou l’hésitation ça n’a fait pas parti de ma génétique.

Déjà toute petite la vie n’allait pas assez vite. À 10 ans j’avais hâte d’en avoir 18, à 18 j’avais hâte d’en avoir 30 et à 30 d’en avoir 40 et croyez-moi quand j’ai eu mes 40 ans mon chum a eu d’affaire à m’organiser le party du siècle, tellement je l’attendais celui-là. 40 ans wow! le plus belle âge… L’âge où tu es assez mature pour avoir toute la crédibilité nécessaire, l’âge où tu gagnes assez bien ta vie pour réellement pouvoir en profiter, l’âge où tes enfants sont pas mal autonomes, l’âge où tu prends la vie avec un lâcher prise rassurant. Ok je sais que 40 ans n’apportent pas que du positif mais ça je m’en foutais et l’assumais complètement. Tout était planifié dans ma tête, mais j’avais oublié quelque chose de super important… LA SUITE…

Je me suis soudain retrouvée face à un méga dilemme. Je n’avais plus de rêves… en fait je rêvais encore mais plus avec la même intensité et le même désir. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’avais frappé mon premier « vrai » mur professionnel. Qu’est-ce que je veux réellement accomplir, qu’est ce qui me fait vibrer, qu’est ce qui me passionne, qu’est ce qui me rend heureuse (à part ma famille et mes amis exceptionnels) pourquoi je me lève tous les matins, où est-ce que je m’en vais. Ça m’a pris 2 ans à retrouver mon pourquoi. 2 ans à me questionner, à regarder des choses de luxes qui pourrait peut-être me donner l’envie de me dépasser à nouveau (sans succès), à faire ma job avec un désintéressement de plus en plus grand, à voyager de façon exagérée pour tenter de m’étourdir ou de me retrouver à nouveau (je ne sais pas trop) jusqu’au jour où je me suis regardée sincèrement dans le miroir.

Mon miroir; Je connaissais déjà mes faiblesses, je n’ai jamais eu de misère à les assumer mais je n’avais jamais pris le temps de regarder ce que j’avais réellement fait de bien dans ma vie. Et pourtant j’en ai fait beaucoup de bonnes choses mais en faisant la rétrospection de tout cela, j’en suis venu à la conclusion que ce qui me faisait vraiment vibrer c’est de faire une différence dans le monde. De changer la vie des gens qui m’entourent de façon positive, de les contaminer avec mon énergie. Je l’avais pourtant fait à de nombreuses reprises mais toujours de façon naturelle sans vraiment y réfléchir. « Parce que dans la vie quand on est privilégié on se doit d’aider notre prochain » c’était juste normal!

Alors voilà d’où vient mon projet plus grand que nature, à mon image d’hyperactive-excessive. Bâtir ma propre école de coaching selon mes valeurs à moi, et non selon celles qui m’était imposées. Et ainsi pouvoir consciemment faire une différence dans la vie des autres les aider à leur tour à vivre la vie palpitante à laquelle ils aspirent.